Timidité et Entreprenariat

By 4 février 2019le Blog

Chaque créateur d’entreprise aime ce qu’il fait et aimerais que son travail soit reconnu. Mais si vous êtes timide et que vous vous liquéfier à chaque fois qu’il faut présenter votre travail, cet article est pour vous.

Timidité et entreprenariat, le douloureux mariage ?

Je suis une ancienne timide. Ou plutôt, quelqu’un de réservée. Je ne suis pas du genre à monopoliser l’attention ou à être une oratrice hors pair. Mon truc à moi c’est de me choisir une place dans l’assistance et de prendre des notes sur ce que dit la géniale oratrice que j’aimerais être. On dit souvent que les opposés s’attirent, et c’est vraie. On veut ce que l’on a pas.

J’adore ce que je fais et pendant longtemps j’ai cru que j’arriverais à remplir mon agenda rien qu’en restant derrière mon écran. Autant vous dire que c’est faux. Et si il y a des cas ou c’est possible, ça reste assez rare. Pourquoi? Parce qu’on vis à une époque hyper digitalisé (il existe ce mot?) Et la concurrence y est rude. Ce qui rendait l’internet génial et un canal de démarchage original devient quelque chose de saturé et de commun.
Pour sortir du lot et se donner une chance de réussir, il ne faut pas avoir peur de crier au monde entier que l’on existe. En soi, il faut utiliser toute les techniques, anciennes et nouvelles.

Les ambitions comme électrochoc

Il m’est arrivée quelques chose de très démoralisant. Même franchement, bien pourri. Tous mes projets de vie on été remis en question et j’ai commencer à m’en vouloir d’être si timide. Mes ambitions on défilés devant mes yeux et j’ai pris conscience que si je n’essayais pas de tout essayer je le regretterais. S’en ai suivi de cette question existentiel que chaque entrepreneur devrais se poser. Pourquoi? Pourquoi tu t’es lancé dans cette aventure?

C’est alors avec peur et appréhension que je me suis bouger les fesses. J’ai embarqué mes échantillons sous le bras et je suis partie démarcher en direct (c’est à dire que je suis aller faire du porte à porte littéralement). Pour quelqu’un de timide c’est une torture. La peur du jugement, la peur du « non », la peur que notre vulnérabilité prenne le dessus.
Petite anecdote, je bégaie en situation de stress. J’ai pu rajouter sur ma liste de peur, le bégaiement probable face à mes prospects.
Remonter à bloc pour sauver mes ambitions, je suis partie à la conquête de mon premier prospect. La tête haute, le coeur qui tambourine contre mon buste, le stress à son apogée mais je ne me suis pas écoutée, déterminé à être plus forte que cette fichu timidité. Et la j’ai :

  • Begayer
  • Trembler
  • Parler de manière hyper aigu.

Ce n’était pas franchement concluant, surtout que je me souviens bien de la tête de la responsable qui fronçais les sourcils pour comprendre ce que je disais. Elle à été d’accord pour prendre mes échantillons et m’a informé qu’elle reprendrais contact avec moi lorsque son besoin ce fera sentir.

Les solutions efficaces

Suite à cette première expérience chaotique, j’ai pris une grande inspiration. Et j’en ai rigoler. Parce que je ne travaillais pas avec cette personne donc je n’ai rien perdu.
La clé pour gérer la timidité, c’est de ne pas se focaliser sur soi même. Ce n’est pas vous qui vous vendez, vous vendez votre concept. Il faut réussir à comprendre que vous n’êtes « que » l’humain derrière le produit. Quelqu’un de timide n’aime pas ce mettre en avant, alors mettez en avant votre concept !

  • Une solution qui fonctionne aussi assez bien c’est la respiration. Prenez de large inspirations en gonflant le ventre, et expirer en relâchant tout en contrôle. Vous pouvez ainsi focaliser votre attention sur autre chose que votre stress lié à la timidité. Quelques minutes après mon premier démarchage en direct, j’ai inspirée profondément et je suis rentré dans une seconde, une troisième, une quatrième boutique et sur la fin je démarchais même des entreprises hors cible, juste pour le plaisir de faire connaitre mon travail.
  • La technique du crayon, est sans doute la plus bizarre mais la plus radicale si vous voulez être sur de maitriser votre élocution. Prenez un crayon que vous mettrez dans votre bouche et parler de tout et de rien. C’est difficile de se faire comprendre mais faites de votre mieux, plusieurs fois. Ensuite enlevez le crayon et répéter votre discours. Vous m’en direz de vos nouvelles 😉
  • La solution universelle, c’est le RESCUE. 4 gouttes sous la langue et hop, ça calme dans les minutes qui suivent. C’est un mélange de fleurs de Bach, vendu en pharmacie sans ordonnance pour moins de 20,00 €.
    J’en garde tout le temps dans mon sac, c’est vraie que ça détend bien. Après je précise que je suis le genre de personne qui s’endort avec du Toplexil, alors le Rescue ne peut que fonctionner sur moi !

Et vous, avez vous des techniques particulière pour gérer la timidité? Ou des anecdotes ? Je serais ravie de vous lire !

Camille

Camille

Heureuse fondatrice de Les Créatives Graphiques.

Leave a Reply